La hype du kebab

Articles / Food
Kebab Gourmet Grillé

Vous connaissez sans doute notre passion pour le kebab, ce repas riche en graisse aux origines obscures (Grèce ? Turquie ? Les deux ? La Suède ? Mystère.). Si on vous a tant parlé de kebab, c’est que c’était quelque chose de hype puisque on est des blogueuses un peu influentes. Malheureusement, les Inrocks ont récemment confirmé notre théorie de la hype du kebab, et ça risque d’être assez chiant.

Quand on me dit que le kebab sera le nouveau burger, j’ai un peu envie de découper du hipster sur une broche tournante (drôle d’image). À cause d’un cuisinier à la mode, on va se retrouver avec du kebab revisité à 15€, avec des ingrédients à la con qui feront que ce ne sera même plus un kebab. Si le kebab devient le nouveau burger, alors ça sera quoi le nouveau kebab ?

Ce qui fait la hype du kebab, c’est justement sa non-hype. C’est ce plaisir coupable de 3h du mat’ parce qu’on a grave la dalle, c’est ce côté douteux, c’est son prix totalement abordable, c’est le fait de pouvoir apprécier d’écouter Tarkan sans être jugé…

Pour que le kebab reste hype, il ne faut justement pas qu’il deviennent hype.

Pour ne pas mourir idiote, j’ai quand même décidé de tester un kebab hype (bon, c’était pas loin de mon travail aussi). Avec Matthieu et une fan amie (bisou Angie), on est allé chez Grillé, un kebab qui n’a pas l’air d’un kebab.

Grillé kebab

En résumé, vous avez le choix entre une seule sorte de sandwich (une galette, aussi appelé dürüm chez les vrais), seule la sauce fait la différence. Le pain est fait maison, et les ingrédients sont frais et sains. À part la viande qui tourne sur une broche, rien de très kebabesque, mais c’était très bon quand même (oui, il faut le reconnaître). Par contre, il y a deux moments où vous vous rendez compte que vous êtes vraiment en train de manger un kebab :

– quand en sortant, vous faites un peu de shopping, et vous réalisez que vous sentez le kebab bien gras. Maxi crédibilité de blogueuse mode pas influente. Grosse ambiance dans l’open space. Grillé sent le grillé.

– quand vous galérez à ne laisser tomber aucun ingrédient hors de votre bouche, comme tout kebab qui se respecte (ou ça vient peut être du fait que je ne sais pas manger proprement à 26 ans, mais je ne suis pas sûre.)

sac kebab

Saurez-vous retrouver quel sac m’appartient ? Indice : j’ai du aller à la laverie le soir même.

Si vous êtes comme moi, je ne peux que vous rappeler d’éviter le kebab, aussi hype qu’il soit, durant un rendez-vous galant.

Par contre, gros bémol, il n’y a pas de Tropico, mais des boissons de type « jus à base de mandarine de Tanzanie ». Heureusement, pour oublier, on a mangé dans une fontaine, et ça c’était cool (non, il n’y avait pas d’eau, mais c’était clairement « The place to be » du parc).

Fontaine

Photo prise depuis notre spot sur la fontaine. #racailles

Et pour conclure, comme dirait Alain Chabat dans Les Gamins (attention, on a une culture cinématographique très large ici) : « Mais c’est un putain de kebab ! » (ou un truc du genre, j’ai pas trouvé l’extrait de ce moment de restauration).

PS : Les gens qui disent « grec » à la place de kebab, allez brûler en enfer sur une rôtissoire tournante. (Sauf Disiz qui a bien entendu le droit de me demander si je veux un grec à 22 francs.)

Initialement publié sur http://etsionneparlaitpasdefoot.com/