Newsletter n°18 : Des courses hippies

Dans les épisodes précédents
f1000005

Salut,

Ça va ? Tu as terminé tes cadeaux de Noël ?

J’ai plus du tout d’argent donc je pensais offrir des trucs dont je ne me sers plus, mais ça fait quand même super radin (je peux toujours essayer de tourner ça du genre « hippie luttant contre la société de consommation » c’est peut-être plus trendy). J’hésite même à fabriquer mes propres cadeaux, mais mes capacités créatives étant limitées à des dessins de chat de profil dignes d’un enfant de 3 ans, je pense que c’est un mauvais plan. En tous cas, cette idée de cadeaux recyclés m’a au moins permis de ranger mon appartement et de retomber sur le petit carnet d’Alex, enfouis sous une pile de bordel. Après mûre réflexion, je crois que je culpabilise un peu d’avoir fouillé dans sa vie, j’aurais dû le jeter (ou le brûler mais avec ces histoires d’alarmes incendie obligatoires on peut plus vraiment faire de grandes envolées dramatiques de ce type).

Imagine, ta vie perso étalée aux yeux de tous (bon OK, environ 2 personnes : toi et moi), là, comme ça, c’est horrible non ? En plus, je suis retombée sur sa phase « dessins chelous au stylo rouge avec du sang et des couteaux LOL », hyper malsain.

Tu crois que je dois essayer de lui rendre ? Je le détruis ? Je le garde ? Je suis à ÇA de demander les coordonnées des anciens locataires à mon proprio pour lui renvoyer et rétablir mon karma de voyeuriste. Bon bref, il faut vraiment que j’arrête de penser que tout est question de karma dans la vie, tu vas vraiment me prendre pour une hippie à la fin (sache que je refuse fermement l’existence du sarouel).

Bon et sinon, j’ai réactivé Tinder. Ma nouvelle approche étant « Tu as l’air d’avoir les cheveux doux » c’était pas forcément gagné, mais j’ai quand même réussi à décrocher un date la semaine prochaine avec un mec qui a du cerner ma sensibilité capillaire. (Tu vois, encore un truc qui fait que je ne pourrais pas être hippie : les cheveux.)

Ce qui m’ennuie c’est que j’ai toujours rêvé de vivre des rencards hyper originaux et romantiques, comme dans les films. Sauf qu’en vrai les dates Tinder oscillent plus entre malaise et échec qu’amour et passion. On verra bien.

Je m’en fous, je vais quand même lui proposer un truc qui change un peu. J’hésite entre un date au musée, à la laverie, dans un cimetière, ou au bowling. Tu votes pour quoi ? Anna est #TeamBowling et Juliette #TeamLaverie. En même temps je dis ça, mais je me vois mal ramener mon linge sale à un date, ça le fait moyen (mais ça lui prouverait au moins que je lave mes vêtements et que je ne porte pas de sarouels).

Allez je te laisse, je vais faire des listes de pour et contre et démêler mes dreadlocks en écoutant Janis Joplin sous LSD (Non je… hein. Je déconne).

Passe de bonnes fêtes !
Bise,
Charlotte