Newsletter n°7 : Quel est le sens de la vie ?

Dans les épisodes précédents
F1000018

Bonsoiiir,

Ça va ? En forme ? J’ai un peu moins mal au dos, donc on peut considérer que moi oui. 

Bon, passons aux choses sérieuses, Anna m’a finalement raconté son histoire avec le Mec qu’elle aime bien mais qui s’en fout. Après mon fav’ malencontreux, il a décidé de la suivre (sur Twitter uniquement, contrairement à elle qui essayait de le suivre en soirée). Deux jours plus tard, c’est lui qui mettait en fav’ un de ses tweets.

Grâce à une montée d’endorphines aussi élevée que dans ses phases de kleptomanie, elle a décidé de le follow back. De cette démonstration d’intérêt mutuel est né un début d’interactivité en ligne, à base de recommandations musicales et événementielles, débouchant sur une rencontre IRL lors un concert où les 2 avaient prévu d’aller (même si bon, on sait bien que c’est lui qui avait un peu plus prévu d’y aller qu’elle). 

C’est donc ça la naissance d’une histoire d’amour dans le monde moderne ? 

Incapable d’y aller toute seule, elle m’a gentiment demandé :

 » – Tu peux venir avec moi, juste au cas où ?
– Au cas où quoi ? T’as peur qu’il t’unfollow ?
– Bah non mais je sais pas, c’est peut-être un taré.
– … dit la meuf qui connaît toute sa vie avant même de l’avoir rencontré.
– Oh ça va hein… »

En bonne amie fidèle et bienveillante, j’ai évidemment accepté de l’accompagner ce soir en sachant pertinemment que ça impliquait 1) de tenir la chandelle 2) de finir assez vite la soirée toute seule; prévisions qui se sont avérées exactes puisqu’au bout de deux chansons à peine, elle quittait la salle en mimant un téléphone avec sa main gauche pour me signifier qu’elle me raconterait sa folle nuit plus tard. On verra demain…

L’avantage, c’est qu’en attendant qu’Anna chope son bellâtre de Twittos et m’abandonne lâchement sur le bas-côté tel un caniche au bord de l’Autoroute du Soleil, j’ai décidé de me donner un peu de contenance en réfléchissant au sens de la vie. Ma conclusion est que mon existence aurait beaucoup plus de sens si j’étais musicienne. Ou artiste, de manière générale. Malheureusement, que ce soit en musique, en dessin, ou en photo, le destin ne m’a dotée d’aucun talent particulier. C’est con parce que moi aussi j’aimerais bien composer des choses en appuyant sur des petits Mentos lumineux ou dessiner des trucs super stylés que les gens se feraient tatouer sur le corps pour rendre hommage à mon œuvre. 

Pour une personne capable de se coincer la main dans un tiroir deux fois dans la même journée, les chances de produire quelque chose de ses 10 (ou 8) doigts sont extrêmement limitées. Au pire, je pourrais toujours ouvrir un blog ou lancer une newsletter, mais soyons réalistes, ces choses-là n’ont aucune chance de marcher.

Allez bye, et on se voit vite ! 
Bisous

Charlotte

Recevoir le prochain épisode