Newsletter n°8 : Le charisme d’une endive (bio)

Dans les épisodes précédents
F1000020

Oui, je suis encore en vie. Non, je ne t’ai pas oublié. J’avais juste la flemme (arrêtons les excuses, c’est important l’honnêteté). Ça va toi ? 

Bon, ça va être un peu comme te spoiler Game of Thrones mais en gros depuis la dernière fois, Anna a largué le Mec qu’elle aime bien mais qui la connait plutôt bien maintenant après leur folle nuit parce qu’elle a découvert 2 jours plus tard qu’il « était vegan alors qu’il avait jamais rien dit sur Twitter ce con » (plaisir de fréquenter des gens sains d’esprit (je parle bien entendu d’Anna, pas des vegans)).

C’est clair que ça allait être compliqué les dimanches soir vin-fromage-charcuterie avec celui-là. 

À part ça, c’est la deuxième fois cette semaine qu’une personne qui m’a déjà rencontré me dit « Enchantée » lorsqu’elle me salue. Soit je change de coupe de cheveux trop souvent, soit j’ai vraiment très peu de personnalité. Mon charisme semble être inversement proportionnel à ma hauteur.

Ça devient gênant. Je dois réagir comment ? Faire mine de rien ou mettre les gens mal à l’aise avec une phrase assassine ? (On sait très bien que je préfère fermer ma gueule dans ces cas là, c’est un peu chiant l’honnêteté finalement, et puis j’ai à peu près autant de répartie que de charisme.)

Du coup pour éviter ce genre de déconvenues, j’ai décidé de ne plus jamais dire « Enchantée » quand je rencontre quelqu’un, quitte à passer pour une meuf antipathique (ce qui pourrait peut-être m’aider à marquer les esprits même si – rendons-nous à l’évidence – nous sommes beaucoup trop nombreux sur cette planète pour que j’arrive à émerger un jour).

Puis bon, finalement être invisible ça a quand même ses avantages dans certaines situations. Par exemple j’étais sûre que mon voisin à qui je dois 37 centimes avait bien oublié mon visage rempli d’effroi. Enfin, c’est ce que je pensais jusqu’à ce que je le croise au rayon surgelés de chez Franprix et qu’il ne me salue en se moquant de la forte somme d’argent que je lui devais. J’espère au moins qu’il n’a pas réalisé qu’on vivait dans le même immeuble. 

À partir de lundi, je deviens vegan et je vais faire mes courses chez Naturalia.

Allez, bon week-end !
Charlotte

Recevoir le prochain épisode