Newsletter n°2 : Reconnaître les Inconnus

Dans les épisodes précédents
F1000007

Salut,
Ça va ? T’as passé un bon week-end ?

Le moment le plus palpitant de ma semaine étant le jour où j’ai croisé Bernard Campan dans la rue en allant bosser, on peut dire que c’était assez calme pour moi. Bon, évidemment j’ai mis au moins 10 bonnes minutes à retrouver son nom en me répétant « Didier Bourdon, Pascal Légitimus et … EEETTT … Putain. » C’est comme pour les Rois Mages, on sait jamais vraiment comment s’appelle le 3ème (astuce : toujours commencer par Gaspard, le prénom le moins « enfant de bobo parisien » comparé à Melchior et Balthazar).

Je suis vraiment contente, parce qu’à présent il ne me manque plus que Pascal Légitimus pour compléter mon bingo des Inconnus croisés dans la rue à Paris, et ça, c’est un sacré objectif de vie.

Non mais tu te rends pas compte, c’est incroyable pour moi quand j’arrive à reconnaître des stars. Je suis tellement peu attentive au monde qui nous entoure que je ne vois jamais personne. Et lorsqu’il s’agit de vrais inconnus, je suis encore plus naze. Enfin par inconnus, j’entends personnes que je connais parce que je les ai croisés une fois, dix fois, mille fois.

Quand je croise quelqu’un les connexions se font un peu trop lentement dans mon cerveau et le « Oh tiens salut ça va » de rigueur dans ce genre de situation arrive généralement 15 minutes après avoir croisé la personne.

Les êtres humains se ressemblent tous.

Ça me fait penser à ce mec que je croise tous les jours en allant au travail. Impossible de dire si c’est : un ancien collègue, un serveur de mon quartier, mon voisin (pas celui à qui je dois 37 centimes et que je ne reconnaissais pas non plus jusqu’à l’incident de la banane), mon banquier, quelqu’un que je follow sur Twitter, un mec connu, ou juste un mec que je croise tous les jours en allant au travail.

Ce dont je suis sûre, c’est que ce n’est pas Pascal Légitimus.

L’idéal serait d’inventer une sorte de Shazam pour humain, disponible sur Google Glass pour répertorier et reconnaître tous les gens qu’on croise. Mais soyons réalistes, personne ne portera jamais de Google Glass.

Allez, à bientôt

Recevoir le prochain épisode