Newsletter N°16 : C’est une fille !

Dans les épisodes précédents
f1000001

Je suis en panique totale, il y a une souris chez moi. UNE PUTAIN DE SOURIS. 

Rita (oui, j’ai décidé de lui donner un nom ça permet de dédramatiser un peu la situation) a donc élu domicile dans ma cuisine. Pas conne la meuf, elle a choisi une pièce où je ne vais jamais pour être bien tranquille et mater des séries en slip en bouffant mon muesli bio tout l’hiver. J’ai des frissons rien que d’imaginer la violence insoutenable de cette scène (la colocation m’a toujours beaucoup angoissée). De toute façon, comme dirait le français moyen avec un léger penchant pour la droite de la droite, « on n’est plus chez nous hein »

Je sais pas quoi faire. Je pense que la tuer serait mauvais pour le karma de mon appartement (et surtout j’ai pas super envie de la retrouver agonisante dans son lit de colle ou coincée sous une barre de fer avec un morceau de fromage dans la bouche). J’ai donc réfléchi à plusieurs moyens de la chasser de chez moi : 

1) Lui demander gentiment de partir
2) Commencer à cuisiner pour qu’elle comprenne qu’elle n’est pas la bienvenue ici (bonus : je pourrais aussi l’empoisonner en lui faisant goûter mes créations, mais elle risquerait de mourir ou de se mettre aux fourneaux comme Ratatouille, et là je serais obligée de la garder toute ma vie)
3) Gesticuler avec conviction pour lui signifier ma colère et crier (un peu) pour la foutre dehors (mais avec l’hiver je crois qu’on n’a pas trop le droit)
4) Lui demander de payer un loyer exorbitant pour qu’elle parte de son propre gré

Si j’avais un mec (ou un chat) j’aurais pas ce problème (mais je suis allergique) (aux chats, pas aux mecs) : il la chasserait à mains nues (le mec, pas le chat) (lui, il passerait des heures à la torturer avec ses pattounes et la déposerait probablement en offrande dans mes chaussures). Mais bon, franchement, je ne sais pas ce qui est le plus source d’emmerdes : les souris ou les mecs ? (Sinon je suis une personne très sociable.)

Non mais c’est vrai, quand je vois toutes ces histoires qu’on s’inflige, ces dates chiants, ces relations compliquées, parfois je me dis que je suis bien toute seule. Regarde Juliette et 37 centimes (et sa meuf). Un bel exemple. Tiens, encore un autre exemple : Alex et son petit carnet là. Sa vie sentimentale, c’est la merde aussi.

Elle (oui, je sais maintenant qu’Alex est une fille) est avec son mec depuis 2 mois et elle se pose plein de questions sur l’avenir de leur relation parce qu’il a un gros problème de drogue. DE DROGUE, BORDEL. C’est vraiment trop bien j’ai l’impression d’être dans un épisode de Confessions Intimes, mais à l’écrit. Non mais je te jure, elle pouvait pas avoir des problèmes de « Olala, je l’aime ou pas ? J’suis pas sûre… » comme tout le monde. Non, la meuf, elle se retrouve avec un mec complètement camé et elle ne veut pas s’attacher pour se protéger. Elle a même fait des listes de pour et de contre : alors OK il est accro, mais il est sincère, sympa, généreux, spontané, beau, et surtout AMOUREUX (encadré). Est-ce qu’elle mérite mieux ? Est-ce qu’elle peut le changer ? Est-ce qu’elle en a envie ? Est-ce que c’est dans son pouvoir ? Est-ce qu’elle doit lui donner encore une chance, genre 2 mois supplémentaires avant de prendre sa décision finale ?

J’ai trop envie de savoir la suite mais j’ai zéro info. Enfin bon, vu qu’on ne sait pas trop de quand date ce carnet, il se peut qu’aujourd’hui elle soit DA senior et mariée et que lui soit mort d’une overdose. 

J’espère juste que c’est pas Rita qui écrit dans le carnet parce que bon, des rails de Mort-aux-rats dans ma cuisine, non merci. 

Allez je vais faire une pause, je crois que je suis à bout. 

Bisous,
Charlotte

Recevoir le prochain épisode